Dîner de Famille

Devenez Co-Réalisateur de la pièce incontournable au plus de 3000 spectateurs " DÎNER DE FAMILLE ".

A l'occasion de ses 30 ans, Alexandre souhaite demander à ses parents d'être les témoins de son mariage.

Son père, animateur de télé parisien, et sa mère, femme au foyer provinciale, sont fâchés depuis sa naissance.
Alexandre va utiliser de faux prétextes pour les réunir...
Le dîner de famille va-t-il totalement partir en vrille ?

Auteur : Joseph Gallet, Pascal Rocher
Artistes : En alternance : Joseph Gallet ou Guillaume Ducreux ou Mathieu Coniglio, Emmanuelle Gracci ou Carole Massana ou Karina Marimon et Jean Fornerod ou Pascal Rocher ou Emmanuel Donzella
Metteur en scène : Pascal Rocher

NOTE DES AUTEURS Pascal Rocher et Joseph Gallet :

La Famille. Quel autre sujet est plus fédérateur que celui-ci ?  Et qu’on le veuille ou non, c’est un thème qui concerne absolument tout le monde.

Certes, la famille a beaucoup évolué, mais les problèmes qu’on y rencontre sont souvent les mêmes. Et s’il est difficile d’être parent, il n’est pas toujours facile d’être enfant.

Même si on a souvent envie de quitter sa famille, on peut rarement l’empêcher de nous rattraper, et c’est ce qui va arriver à nos trois personnages qui forment une famille pour le moins originale.

Un papa, une maman, et un enfant de trente ans qui se connaissent à peine et qui décident de faire le point, c’est une situation dramatique, dont nous avons fait une comédie, qui parlera, à coup sûr, à beaucoup de monde, toutes générations confondues.

Télécharger le Dossier de Presse :

DDF-DossierDePresse-Tournee-1

CRITIQUES BILLET REDUC ET PRESSE 

https://www.billetreduc.com/236976/evtcrit.htm

Théâtre : le «Dîner de famille» continue de faire rire les spectateurs parisiens !

Il se tient un peu plus tôt, couvre-feu oblige, mais le «Dîner de Famille» est toujours au programme. Forte de son succès public et d'un bouche-à-oreille (avec masque !) efficace, la pièce crée par Joseph Gallet et Pascal Rocher, à l'affiche depuis 2018 à Paris, s'adapte aux nouvelles mesures. Le public peut toujours venir assister à ce «Dîner», mais cette fois à l'heure de l'apéro !

Nul doute que le public devrait continuer à affluer pour assister à cette comédie bien ficelée, qui agit comme une bonne pilule anti-morosité. Dans un décor sans fioriture mais efficace, le public se retrouve dans l'appartement d'Alexandre, qui va avoir 30 ans, et qui espère bien, grâce à cette date symbolique et annonciatrice d'une nouvelle vie, réunir enfin ses deux parents, séparés depuis belle lurette et qui n'ont jamais réussi à enterrer la hache de guerre pour s'occuper de lui.

Et puisque l'argument de l'anniversaire risque d'être un peu leger, Alexandre n'hésitera pas à imaginer mille raisons, quitte à se prendre les pieds dans le tapis quand tout le monde sera réuni. Compliqué en effet de mettre dans la même pièce son père, animateur télé très parisien qui préfère les hommes sans vouloir l'afficher, et sa mère, séparée de lui six mois après la naissance d'Alexandre, et qui, depuis, a refondé une famille en province. Bien difficile dans cette situation de trouver un peu d'affection et d'attention !

Une efficace opposition de style

Entamée tranquillement, la pièce n'aura alors de cesse de multiplier les quiproquos, malentendus, volte-faces et autres révélations fracassantes qui vont transformer le petit appartement en véritable champ de mine pour les trois protagonistes, qui vont tour-à-tour vider leur sac, alourdi par des années de silence et d'envies contraires. Si les ressorts sur lesquels repose la pièce sont sans grande surpise - l'opposition de générations, Paris vs Province,...- l'énergie déployée par les acteurs, et un savant mêlange de répliques bien senties, emportent l'adhésion. Mention spéciale aux oppositions de style entre la mère et le père.

Emmanuelle Gracci, Jean Fornerod et Joseph Gallet.

Lui, parfait en parisien habitué des plateaux télé et tiré à quatre épingles, à l'humour pince sans rire et au ton aussi doux que ses piques sont sévères, quand elle, exhubérante à souhait, n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat, voir à déraper quand l'alcool commence à faire son effet. Et entre les deux, un Alexandre, en plus malin que les autres, qui louvoie entre ses parents, obligé de payer de sa personne pour réconcilier ses géniteurs, avant de les inviter comme témoins de son futur mariage. Sans jamais en faire trop dans la connivence - bien réelle - entre eux et le public, les trois acteurs présents sur scène insufflent ce qu'il faut de frénésie et de folie pour tenir en haleine le public, jusqu'au final qui vaut le détour.

Jouée en alternance, la pièce donne à voir le jeu rodé de Joseph Gallet, Jean Fornerod, Carole Massana, Emmanuelle Gracci, Mathieu Coniglio, Emmanuel Donzella, Karina Marimon, Guillaume Ducreux et Arnaud Laurent. Le co-créateur de la pièce, Pascal Rocher, qui se glisse en alternance dans la peau de Franck, n'en est en tout cas pas à sa première pièce. Celui qui était l'un des deux membres des Kicékafessa, passés dans «On n'demande qu'à en rire», a déjà deux comédies à son actif avec «Oui !» et «Comme ils disent». Et pour ceux qui souhaiteraient prolonger le plaisir (mais toujours avant 21h), la pièce De quoi je me mêle, actuellement jouée au Théâtre Edgar, est elle aussi écrite - et jouée - par Joseph Gallet et Pascal Rocher.

Après avoir fait le bonheur du Théâtre Edgar - les avis des spectateurs ne trompent pas - c'est donc de nouveau au Café de la Gare qu'on pourra apprécier cette comédie, et ce jusqu'au 10 janvier prochain. Couvre-feu oblige, les horaires ont été décalé. Il faudra donc être présent à 19h, du jeudi au samedi (une séance supplémentaire à 17h ce jour-là), ou à 18h15 le dimanche.

Dïner de famille, Café de la Gare, 41 rue du Temple, Paris 4e.